AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Pudding n°3

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Pudding n°3   Lun 15 Aoû - 14:11

 
N°3 | Paru le 15 août 1892 | Londres
Une interview mortelle.

Comme promis chers lecteurs, Pudding est allé interviewer pour vous l'homme le plus mystérieux de la capitale ! L'Undertaker se dévoile pour vous dans les lignes qui suivent !
Régalez vous !

Depuis combien de temps travaillez vous comme fossoyeur à Londres ?
— Le fossoyeur, un large sourire sardonique décorant ses lèvres — Depuis beaucoup plus longtemps que vous ne le pensez cher monsieur ! Malheureusement, il y a bien longtemps que j'ai cessé de compter le nombre d'années passées ici en tant que fossoyeur.

Et aviez-vous déjà assisté à une telle épidémie ?
Non. J'avoue que je suis un peu décontenancé face à une telle maladie. Mais je ne peux que me réjouir ! Voyez comme mes urnes funéraires se vendent comme des petits pains alors qu'avant elles n'attiraient pas grand monde !
— Il me brandit l'une d'entre elles devant le nez. —

C'est très… Joli. Mais vous-même, vous êtes toute la journée en contact avec des victimes non ? Vous n'avez pas peur de tomber malade à votre tour ?
Hohoho.... — Il caressa l'urne qu'il venait de montrer de sa manche.— Pourquoi avoir peur quand on prend toutes les précautions nécessaires pour ne pas l'attraper ? Et puis vivre avec la peur ne peut qu'aboutir à... Une fin funeste ? Huhu.

Vous vous en protégez ? Alors est-ce que vous avez une idée de l'origine de cette maladie ? Une simple supposition ?
Huhu... Vous croyez vraiment que je vais vous dévoiler ce genre de chose monsieur ? Vous ne m'avez même pas raconté de petites blagues pour que je puisse vous répondre correctement et puis une telle question nécessiterait plus d'une blague !

Hélas je suis journaliste et non clown. Oublions donc cette question. On dit que les malades, lorsqu'ils arrivent au stade terminal, finissent dans un état lamentable, cela doit grandement affecter votre travail lors de l'embaumement non ?
Pourquoi parlez-vous d'embaumement lorsque je vous dis que je les place dans un four pour les incinérer ? Il n'est donc aucunement utile de les embaumer quand on les mets au four.

Mais les corps sont dans un triste état, non ? Même pour les déplacer cela ne pose aucun problème ?
Non, pas spécialement. Du moins pas pour moi, huhu... —Il sortit des petits gâteaux en forme d’os et me tendit la boîte tout en grignotant un. — Vous en voulez ?

Oh euh… Volontiers, merci. Bien, je continue. Est-il vrai que vous vous rendez souvent au Redemption Garden pour vous occuper des mort ? Comment ça se passe là-bas, leurs activités restent assez secrètes…
Connaissez-vous le sens de "secret" ? Si oui, alors vous vous douterez bien que je ne vous dirai uniquement qu'en effet je travaille au Redemption Garden, en compagnie de pleins d'autres personnes tout à fait charmantes. Ensuite pour ce qui concerne ce qu'il s'y passe, vu que vous refusez de me raconter des blagounettes, et bien… Contentez-vous de cette réponse : tout ce qui s'y passe, s'y passe bien.

Vous n'êtes pas très coopératif avec la presse monsieur. Enfin, changeons de sujet pour des informations plus croustillantes. M. Evans, nouveau médecin légiste de Scotland Yard et anciennement votre apprenti, travail également là-bas. Saviez-vous qu'il a récemment fait emménager un jeune homme chez lui ? Trouvez vous cela suspicieux ?
C'est vous qui n'êtes pas amusant. Et puis, vous restez un client de ma boutique mon cher monsieur donc si je n'ai pas de blagues, je ne serai pas très loquace. Pour répondre à votre question, cependant, je ne vois pas pourquoi je me choquerai de ce que fait M. Evans. C'est son appartement et sa vie non ? Même s'il a été mon apprenti, il n'est pas mon fils donc il fait ce qu'il veut, comme bon lui semble.

Enfin, la question que tous nos lecteurs attendent. Récemment une rumeur a couru sur vous, alors je me risque à vous le demander; êtes-vous une femme ?
— Il marqua un temps d'arrêt, puis explosa de rire à en faire trembler les murs de sa boutique. Une fois calmé, son sourire s'étira plus encore. Il posa sa boîte à biscuit et, se penchant très près de moi avant de me parler d'une voix suave. — Vous voulez vérifiez par vous même ? Je puis vous assurer que je suis un homme mais si vous y tenez, je pourrais vous en donner la preuve.

N…Non merci. Le journal vous croit ! Pas le peine d'aller aussi loin. En tout cas merci de nous avoir accordé de votre temps Monsieur.
Ce fut un plaisir. Dommage que vous n'ayez pas sortit cette rumeur plus tôt. Elle fut bien drôle. Huhuhu... C'est fou tout ce que l'on peut penser de moi... Huhuhu...

Merci au fossoyeur pour sa collaboration. Et à bientôt pour le nouveau numéro de Pudding !
Edward Harker.
Faits divers
DISPARITION de morphine au Redemption Garden. Depuis plusieurs jours, les médecins constatent la baisse légère mais régulière de morphine en dehors des doses prescrites. Vol à des fins criminel ou besoin personnel ?

VOLEURS VOLÉS — La femme du Colonel E. Seager a fait enquêter la police sur des bijoux qui lui furent volés, une somme totale de £ 43 000. Au cours de l'enquête les autorités ont découvert que le motif du vol n'avait, lui-même pas été acquit légalement. Le Colonel aurait dépouillé plusieurs riches indigènes lors d'une escale en Afrique. Il dément. L'enquête progresse.

BONBONS EMPOISONNÉS — "Pourquoi est-ce qu'après avoir mangé quelques-uns seulement de ces bonbons appétissants et colorés notre enfant souffre toujours de la colique, bien qu'il ait souvent prit sans autorisation la double de la quantité de pain et de sucre dans l'armoire, et ce n'est pas pire que ça ?" La réponse a été récemment donnée par les autorités, il en a découlé qu'il n'y aura désormais pas plus d'empoisonneur sans pudeur et sans licence dans le monde que de gérant peu scrupuleux de confiserie bon marché.

C'EST UN PROVERBE TRÈS VRAI, que l'habit ne fait pas le moine, mais arrivé à un âge peu galant, cela accorde un succès considérable pour charmer la femme.

UNE RUMEUR DEMENTIE — Des ragots évoquèrent la relation entre l'un de nos plus haut et respectable citoyens et une jeune fille de vingt-deux ans ayant tardivement quittés la ville. Il a été dit qu'ils partaient pour Boston. Après les nombreux commérages sur cette affaire, nous avons appris d'une source sûre que le gentleman était un fossoyeur et que la jeune fille était morte.
Petits potins londonien
On entend qu'il y aurait des poches de sang dans une chambre d'une rousse chez Ciel Phantomhive. Rumeur fondée, infondée ? Histoire de Vampire ? Affaire à suivre !

On raconte dans les bas quartiers de Londres qu‘une femme fiancée aurai le culot de voir son amant au grand jour. Elle serait reconnaissable à ses oreilles de chat.

Au manoir du comte Trancy, il aurait été formellement interdit d'écraser les araignées ! Une bonne chose à savoir avant de s'y faire inviter.
Chez les Norrington, le futur héritier souffrirait d'un mal étrange, la anatidaephobie. Des investissements son prévus pour éloigner les canards du domaine.

Il paraîtrait que le Comte Ciel Phantomhive s’était déguisé en chat à l'occasion d'un bal costumé deux ans plus tôt et ce malgré sa soi-disante aversion envers ces félins.

Le grand écrivain Henry James aurait été mis à la porte du Her Majesty's Theatre après une vive altercation avec le metteur en scène.
Les petites annonces
Recherche bébé chat ou chien nés de portée récentes. Me contacter au 30 Bayard Street.
Noble cherche à tout prix à se débarrasser d'un autoportrait. Contacter M. Gray.
On signale la fuite d'un orang-outan près de la rue Morgue. Prévenir immédiatement le zoo si vous l'apercevez.
Cheval cherche maréchal-ferrant pour s'occuper d'un ongle incarné.
Serveur a perdu dent au Wales's Restaurant, sans doute dans un plat d'Anguilles en gelée.
Embauche homme chien, femme à barbe, géant des steppes, ou autres étrangetés. Bonne rémunération, contacter Phineas Barnum.
Vend bébés chats et chiens nés de portées récentes. Me contacter au 30 Bayard Street.
Recherche pied gauche, bras droits et oreilles en bon état. Joindre Mrs M. Shelley.
Revenir en haut Aller en bas
 
Pudding n°3
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Courtesy Plum Pudding ~ Une poupée de porcelaine
» Le pudding à l'arsenic
» Pudding au Pain
» CANDICE LOVEGOOD SCAMANDER « j'espère qu'il y aura du pudding »
» Le pudding à l'arsenic

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kuroshitsuji - Black Butler RPG :: The City :: Centre-Ville :: Le Pudding | Journal Londonien :: Le Pudding-
Sauter vers: