AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Nathaniel Ruthven, psychopathe en liberté

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Nathaniel Ruthven, psychopathe en liberté   Sam 15 Jan - 1:42


¤~Généralités~¤


♦ Nathaniel Ruthven
Feat. Vincent Nightray from Pandora Hearts



♦ Nom : Ruthven
♦ Prénom : Nathaniel
♦ Race : Humaine
♦ Age : 23 ans
♦ Sexe : Masculin
♦ Rang : Civil
♦ Rôle/Fonction : Tailleur (meurtrier à ses heures perdues)
♦ Nationalité : Anglaise
♦ Sexualité : Bisexuelle

Avez vous lu le règlement ? 「√」Validé by シエル




¤~Descriptions du personnage~¤


♦ Description Physique
A Man With Sharp Claws...

Apparence physique :
Nathaniel est plutôt petit pour un homme, avec son mètre 75, mais il n’est pas du genre à s’en préoccuper, sachant s’en servir comme un avantage. Il a une silhouette assez fine et élancée, ce qui pourrait le faire passer pour un homme « fragile » aux yeux de certains. Mais ne vous y méprenez pas, les apparences sont parfois trompeuses. Dans bien des occasions, le jeune homme sait faire preuve d’une grande force, en particulier quand il est à la poursuite de ses proies ou les tue. Une force qui croît en même temps que l’adrénaline monte en lui, et qu’une musculature raisonnablement développée et masquée par ses vêtements aide à expliquer. Des cicatrices, son corps n’en possède aucune. Du moins, c’est ce qu’il affirme.
De fins contours dessinent le visage du meurtrier, et autant vous dire tout de suite qu’il est du genre beau garçon. Il est doté d’une longue chevelure dorée qu’il laisse toujours vagabonder à sa guise, sa frange retombant allègrement sur son front et les autres mèches plus longues caressant ses épaules et le haut de son dos. Mais sa plus grande singularité se trouve dans ses yeux dépareillés. L’un plutôt doux, à l’iris verte tendant sur le jaune, semblant représenter les airs qu’il se donne au milieu de la population comme couverture. L’autre bien plus tranchant, d’un rouge flamboyant, comme s’il souhaitait prévenir son entourage de la nature profonde de l’homme et de son envie de meurtre qui ne le quitte pas un seul instant. Nathaniel n’a jamais considéré cette différence comme quelque chose d’anormal. Je dirais même que cette discordance lui plait beaucoup ; que cela lui permet de se savoir bien différent des autres. C’est pourquoi il aime porter des boucles d’oreilles assorties à ses yeux, l’une tout aussi rouge, l’autre d’un vert semblable au sien. Il s’amuse à les mettre soit du côté où son œil possède la même couleur, soit de l’autre, changeant de temps à autres en fonction de son humeur.


Allure et goût vestimentaire :
Le jeune homme porte parfois une chemise blanche recouverte d’une longue veste arrivant à hauteur de genoux. Il enfile, pour aller avec, un pantalon de couleur sombre qui plonge dans de longues bottes en cuir. Voilà un style vestimentaire bien courant pour les hommes de son époque, me diriez-vous. Mais Nathaniel ne porte ces vêtements que pour des occasions particulières. Le reste du temps, il revêt des habits moins courants, ayant une coupe plus particulière. C’est le cas notamment du manteau qu’il met le plus souvent, représentatif d’un style qui lui est bien plus personnel que toutes ces vestes qu’on peut trouver dans les boutiques.
Où va-t-il donc chercher ses vêtements dans ce cas ? Etant lui-même tailleur, cela va de soi qu’il se les confectionne lui-même, faisant preuve d’une grande habileté à la tâche et sachant reproduire parfaitement ce qu’il a en tête. Il est très doué dans son métier et c’est sans doute ce qui fait son succès.


Particularités :
L’arme qu’il utilise pour accomplir son horrible dessein est plutôt singulière. Ce n’est pas le genre d’arme que tout le monde utiliserait pour tuer ses victimes, c’est le moins qu’on puisse dire. Lorsqu’une envie de meurtre le prend, il enfile sur l’une de ses mains un épais gant en cuir dont chacun des doigts est rattaché à de longues lames aiguisées. C’est cet objet tranchant qu’il utilise pour massacrer ses proies. Une fois que vous finissez entre ses griffes, si vous n’êtes qu’un simple humain, il vous est impossible de lui échapper –à moins d’avoir beaucoup de chance.
Un dernier détail à préciser sur lui : il est gaucher.



♦ Description Psychologique
A Psychopath On The Loose...

Qualités :
Nathaniel est un très bon acteur, ce qui l’aide énormément pour passer inaperçu au milieu de la population. Nul ne pourrait soupçonner d’être un meurtrier quelqu’un qui se présente quotidiennement comme étant gentil et attentionné, un brin séducteur, et surtout très volontaire et travailleur. Il porte son masque tout le jour durant, parfois même la nuit lors d’une de ses sorties, affichant un sourire aimable et se comportant agréablement avec les gens qui l’entourent. Mais les apparences sont fortement trompeuses le concernant, car il ne se passe pas un seul instant sans qu’il ne regarde quelqu’un avec en tête la possibilité qu’il en fasse sa victime. Sauf peut-être quelques rares exceptions qui doivent sans doute se compter sur les doigts d’une main.

Défauts :
Ce jeune homme est quelqu’un de franchement cruel. Il est tout simplement incapable de s’émouvoir face au malheur, à la souffrance et à la tristesse des autres, comme si lui-même était incapable de la ressentir. Et pourtant, la tristesse tout du moins, il devrait pouvoir savoir ce que cela représente, lui qui a été rejeté par la femme qu’il aimait. Il renferme sans doute sa propre peine au fond de son être, ce qui le rend si insensible. On pourrait même dire que voir quelqu’un souffrir, et ce en n’importe quelle circonstance, est un vrai plaisir pour lui. Chose qui n’est pas tellement étonnante, quand on voit quel est son passe-temps favori. Mais à cause du masque qu’il prend tous les jours pour vivre sans problème au milieu des autres, il doit se contrôler au maximum pour ne rien laisser paraître ou, du moins, rien de son plaisir à voir les autres souffrir. Et, avouons-le, en raison de son caractère, c’est un vrai calvaire.
Nul n’a jamais réussi à savoir que c’était lui l’auteur de bon nombre de ses crimes. Personne n’a donc réussi à l’inculper pour meurtre et lui infliger une peine conséquente. C’est pourquoi Nathaniel a acquis une grande assurance, peut-être même beaucoup trop. Car oui, l’un de ses principaux défauts actuels, c’est qu’il est trop sûr de lui. Il ne va pas jusqu’à se croire invincible, loin de là. Mais il sait qu’il parvient sans problèmes à échapper à la police et à toujours achever ses proies, évitant avec soin qu’il y ait des témoins. Cette assurance sur développée lui a fait baisser sa garde momentanément, ce qui pourrait lui porter préjudice un jour ou l’autre. Mais peut-être que quelqu’un parviendra à lui remettre la tête sur les épaules par un quelconque moyen, peut-être que quelqu’un a déjà commencé à le faire, qui sait…


Ce qu’il aime :
Autant vous dire directement que son plaisir de prédilection est tuer. Voir la souffrance sur le visage de ses victimes mélangée à sa peur, à ses tremblements de terreur, entendre ses hurlements de douleur… Il n’y a rien de plus jubilatoire pour lui. Il aime savoir qu’il ne tient qu’à lui de choisir si sa victime doit mourir ou non. Il n’y a vraiment rien de tel que de sentir le pouvoir qu’on peut avoir sur la vie et la mort d’une personne –même si pour lui, la fin est toujours la même. Et puis, l’odeur du sang et de la mort qui lui vient une fois qu’il a fini de torturer sa victime, avoir son visage aspergé et ses griffes imbibées de ce liquide rouge et poisseux… Vous l’auriez deviné, Nathaniel est un véritable psychopathe ambulant.
Mais ce qu’il aime par-dessus tout, lorsqu’il rencontre une victime potentielle qui lui plait, c’est la chasse à l’homme. La laisser fuir quelques temps pour pouvoir ensuite la traquer, tel un fauve à la recherche de son gibier, et sentir l’excitation de la chasse monter en lui. Plus sa victime se défendra, plus il prendra plaisir à la torturer et l’achever ensuite. S’il risque d’être blessé par son adversaire en agissant ainsi, il s’en moque royalement, bien au contraire. Il considère la douleur comme une preuve qu’il est bien vivant.
(c’est à se demander si la joueuse est vraiment saine d’esprit --" Mais rassurez-vous, je ne suis pas comme ça en vrai… Encore heureux xD)
Il aime aussi des choses plus normales, comme tout être humain qui se respecte. La principale étant bien sûr de pouvoir se vêtir selon sa fantaisie, et donc de fabriquer ses vêtements lui-même –ce qu’il ne manque pas de faire quand il en a le temps… C’est qu’il adore prendre soin de son apparence, ce petit meurtrier. Il aime aussi beaucoup son métier, se plaisant particulièrement à mettre de l’originalité dans les habits qu’il confectionne.


Ce qu’il n'aime pas :
S’il y a bien une chose qu’il n’aime pas, c’est qu’on lui rappelle qu’il n’est qu’un simple mortel impuissant face à la Mort qui s’abattra un jour sur lui. Ça, pas la peine de le lui préciser, il est bien au courant de ce détail. Et puis, mourir ne lui fait absolument pas peur. Il côtoie la mort très souvent et ne serait pas surpris que quelqu’un devienne un jour son bourreau. Il serait même ravi que sa vie finisse lors d’un combat contre quelqu’un de plus fort que lui. Mais ce qu’il n’apprécie pas là-dedans, c’est qu’on se croit suffisamment supérieur à lui pour le lui dire. Après tout, à tout instant, c’est lui qui détient la vie d’autrui entre ses mains. Une seule décision de sa part, un seul geste, et tout s’arrête.
Ah ça, les sentiments de mépris et les expressions de dédain que les autres peuvent parfois avoir à son égard, il en a une sainte horreur. Car au final, ceux qui le regardent ainsi ne sont guère différents de lui. Tous de faibles êtres humains, n’est-il pas ? Alors pourquoi faire toutes ces distinctions entre les personnes des différentes classes sociales ? C’est quelque chose que Nathaniel ne comprend pas et qu’il abhorre. Qu’on puisse juger quelqu’un sur son argent –parfois obtenu uniquement grâce à l’action de ses ancêtres–, c’est vraiment quelque chose qui le répugne. Ceux qui travaillent le plus durement son parfois ceux qui ont le moins d’argent. Mais il n’en fait pas non plus tout un plat. Car après tout, il passe bien plus inaperçu en n’étant qu’un simple civil…


Autre chose à signaler :
On peut dire que ce meurtrier a une chance exceptionnelle. Sinon, comment expliqueriez-vous qu’il ait réussi à échapper à la police depuis le temps qu’il tue ? Personne, dans tous les pays qu’il a traversé, n’a encore réussi à faire le lien entre lui et l’une de ses victimes. Sans doute que les apparences qu’il se donne en public l’ont beaucoup aidé ; peut-être qu’il sait se faire très discret et ne laisser aucune trace de son passage. Toujours est-il que la chance a un rôle très important à jouer dans tout cela. Il faut croire qu’il est né sous une bonne étoile –ou une mauvaise, tout dépend du point de vue que l’on prend. Mais peut-être que la chance va tourner, maintenant qu’il vit à Londres, près du comte Phantomhive… Peut-être finira-t-il par être arrêté et exécuté, qui sait… (Joueuse : J’espère bien que non ! è_é)




¤~Histoire~¤


Nathaniel n’a que peu de souvenirs de son enfance. Ses parents, c’est à peine s’il se souvient qu’il en a eu un jour. Sa mère mourut bien jeune, terrassée par une maladie incurable. Quelques temps plus tard, à la fois accablé par la perte de sa femme et ne supportant plus de tenir une boutique où les affaires allaient de plus en plus mal, son père décida de mettre fin à ses jours. Imaginez un seul instant ce qu’a pu ressentir l’enfant, âgé de seulement sept ans, en découvrant le corps de son père pendu dans l’arrière boutique. S’il ne se souvient pas du visage de sa mère, celui de son père qu’il avait vu ce jour là, d’une pâleur macabre et la corde serrée autour du cou, est resté gravé dans sa mémoire, marque indélébile sur laquelle le temps n’a eu aucune emprise. Le traumatisme qu’il a eu suite à cela est certainement plus grand que ce que tout le monde a pu croire jusqu’à présent…

Le garçon fut alors recueilli dans un vieil orphelinat. On ne peut pas dire que sa vie fut difficile là-bas. Il était très bien encadré par des adultes très gentils et avait un grand nombre d’amis. Même si l’institution ne possédait pas beaucoup d’argent, ils étaient bien nourris et pouvaient vivre paisiblement. De quoi faire son bonheur…
Mais malheureusement, il n’y resta que bien trop peu de temps. Car une famille, il en avait une. Elle mit longtemps à se manifester à l’orphelinat et nul ne savait pourquoi elle se réveillait seulement à cet instant, six mois après son arrivée. Peut-être était-ce pour avoir des bras supplémentaires à leur boutique, ou alors pour préparer leur succession…
Toujours est-il qu’un beau jour, un couple vint demander sa garde et le jeune Nathaniel dut partir avec son oncle et sa tante. Il prit même leur nom de famille, devenant un membre à part entière de la lignée des Ruthven.

Commença alors son apprentissage du métier de tailleur. Lentement, avec l’aide et la patience de sa tante, il apprit à coudre, pour ensuite passer à la confection de vêtements. Son oncle, quant à lui, lui expliqua comment donner forme à ce que commandaient les clients pour suivre leurs désirs et besoins tout en s’adaptant à leur style vestimentaire global.
Si au début travailler ainsi ne lui plaisait guère, il finit par y prendre goût à force d’effectuer sans cesse les mêmes gestes. Lorsqu’il acquit une bonne dextérité grâce à l’habitude, il s’amusa à ajouter un peu de fantaisie aux vêtements qu’il fabriquait, tout en faisant dans la légèreté et en suivant le style de chaque acheteur.

Les années passèrent et le garçon devint adolescent. Son oncle et sa tante le laissaient désormais s’occuper complètement de certains clients, ne l’aidant plus du tout dans le but de l’habituer pleinement au travail de tailleur. Ainsi, il pourrait prendre plus rapidement leur suite tout en excellant dans le domaine…

Et puis, un jour, leurs voisins qui faisaient faillite finirent par vendre leur maison ainsi que leur boutique. Un nouveau commerce, principalement centré sur les chapeaux, s’installa alors à côté de leur magasin de tailleur.
Les vendeurs de la boutique avaient une fille à peine plus jeune que Nathaniel. Vivant tout près l’un de l’autre, ils ne purent que faire connaissance et finirent par très bien s’entendre, allant même jusqu’à se lier d’amitié.
Mais bien vite, les sentiments que le jeune tailleur avait pour elle devinrent plus profonds, plus intenses… Mais aussi plus tortueux. Et tout cela ne signifiait qu’une seule chose : l’amour. Il l’adorait littéralement, que ce soient ses qualités ou ses plus grands défauts. Elle avait réussi à emprisonner son cœur et le tenait désormais au creux de ses mains…
Si le jeune homme avait bien des occasions de lui avouer ses sentiments, il n’en fit rien, allez savoir pourquoi. Peut-être qu’au fond de lui, il savait qu’elle ne pourrait jamais y répondre, faute de ressentir la même chose à son égard. Mais il se contentait de vivre à ses côtés en tant que simple ami, et cela lui convenait. C’était toujours mieux que rien, après tout.

Malheureusement, les choses n’allaient pas continuer éternellement de la sorte. Car la jeune fille rencontra un homme de la bourgeoisie dont elle tomba amoureuse. Le temps passa et son amour devint réciproque. L’homme finit par la demander en mariage et ensembles, les deux familles se mirent à préparer les noces des deux amants.
Cependant, cet amour n’était pas sans engendrer des sentiments sombres chez Nathaniel. La jalousie prit une part importante dans son être et commença à le ronger. Mais s’il n’y avait eu que cela, les choses se seraient certainement passées différemment…
La jeune fille, sur le point d’entrer dans le monde de la bourgeoisie et de devenir riche, se mit à tourner le dos aux plus pauvres –les autres commerçants en faisant bien évidemment partie–, et ce même s’ils étaient ses amis proches. Parce qu’elle allait faire partie d’une classe supérieure à la leur, elle se mit à les dénigrer totalement et à les regarder de haut, ne leur adressant parfois même plus la parole.
Bien vite, un autre sentiment plus noir vint se superposer à la jalousie : la haine. Si au début, elle était faible, elle se développa progressivement en lui quand il comprit que plus rien ne serait comme avant entre lui et son premier amour. Tout était de la faute de ce bourgeois. S’il n’avait pas fait sa rencontre, le jeune homme aurait continué à vivre comme auparavant aux côtés de celle qu’il aimait.

Les événements qui se succédèrent ne furent que la conséquence de tout ceci. La haine se mit à le consumer, devenant de plus en plus insoutenable. Nathaniel chercha alors un moyen de la défouler pour pouvoir s’en débarrasser. Une solution et une seule s’imposa à son esprit, chassant toutes les autres. Il fallait qu’il élimine cet homme, il n’y avait pas d’autre alternative. Une solution un peu radicale, certes, mais la seule capable de véritablement soulager le tailleur.
Un soir, il s’infiltra habillement dans la maison du bourgeois et l’assassina sans crier gare. Mettre fin à son horrible dessein lui plut bien plus qu’il ne l’aurait cru. C’était tellement jouissif d’avoir la vie de quelqu’un entre ses mains et de la lui ôter !

Mais après avoir accompli une telle action, il ne pouvait plus rester dans cette ville proche de la capitale. Il savait que les soupçons tomberaient trop facilement sur lui et il ne voulait certainement pas être arrêté. C’est pourquoi il décida de quitter le pays pour se rendre en France et recommencer une nouvelle vie.
Mais le premier meurtre qu’il avait commis avait tracé son destin sans qu’il le veuille vraiment. Il avait goûté à un sombre plaisir auquel il n’aurait même pas du suspecter l’existence. Oui, il avait aimé éliminer froidement cet homme. Pire encore, il voulait recommencer.
Il tenta de contrôler ses pulsions pendant les premiers mois, parvenant tant bien que mal à s’arrêter quand il sentait qu’il s’éloignait trop du droit chemin et commençait à suivre des personnes qu’il ne connaissait même pas avec en tête l’envie de les tuer. Mais même ainsi, il sentait que sa raison lui échappait, son envie de meurtre devenant trop oppressante.
Il finit par abandonner la lutte et laissa derrière lui le corps d’une nouvelle victime.

S’ensuivit alors une période de sa vie remplie de massacres de pauvres innocents. Il n’en avait jamais assez et désirait sans cesse voir plus de sang couler. Mais au fil du temps, chaque fois qu’il augmentait le nombre de ses victimes, il devenait plus habile et parvenait à ne laisser aucune trace de son passage. Personne ne réussit à l’inculper pour meurtre, lui laissant la liberté de continuer sans risques de se faire attraper.
Durant la même période, il décida de se fabriquer une arme particulière pour ses assassinats. C’est ainsi que lui vint en tête l’idée du gant aux longues griffes aiguisées. Une arme de choix pour des tortures bien plus savoureuses… Il gardait toujours son arme sur lui, parvenant à la masquer complètement aux yeux des autres.
Mais bien sûr, il restait tout le temps en mouvement, devenant un simple voyageur à la découverte du monde. Il fallait qu’il évite de séjourner trop longtemps à un endroit, au risque de se faire arrêter le cas échéant. L’argent qu’il volait à ses victimes lui permettait de se nourrir et parfois même de se payer une chambre où passer la nuit.
Après être resté en France quelques temps, il visita les pays alentours, à commencer par l’Italie. Il découvrit ainsi de nombreuses cultures, de nouvelles langues, mais aussi des styles vestimentaires quelque peu différents de ceux qu’il avait l’habitude de voir dans son pays natal.

Ce n’est que des années plus tard qu’il se décida à retourner en Angleterre. Il resta tout d’abord sur les côtes anglaises, se délectant de l’air marin, mais finit par se décider à rejoindre la capitale.
Il se plut tellement dans cette cité pleine de monde –et de victimes potentielles– qu’il décida de s’y installer, au moins quelques temps. Avec l’argent qu’il avait accumulé au cours de ses meurtres, il put se payer une boutique et y installa son petit commerce de tailleur.
Le succès lui sourit très rapidement. Il n’avait rien perdu de ce qu’il avait appris auprès de sa tante et son oncle, et ce qu’il avait vu dans les pays qu’il avait traversé ainsi que son originalité lui furent fort utile pour se démarquer des autres tailleurs. Des personnes de toutes les classes sociales vinrent le voir, essentiellement des bourgeois et des nobles, lui permettant d’avoir une bonne somme d’argent pour vivre comme bon lui semblait.

Mais bien entendu, derrière le gentil et aimable tailleur se cachait toujours le psychopathe ambulant qui avait commis un grand nombre d’assassinats. Nathaniel continua à tuer, ne perdant pas ses mauvaises habitudes, rodant et frappant essentiellement la nuit, dans les ruelles les plus mal famées.
Personne ne l’avait jamais soupçonné, en partie grâce à la chance, lui faisant prendre trop d’assurance. Désormais, il effectue ses meurtres en prenant certainement un peu moins de précaution qu’auparavant. Ce surplus de confiance en lui pourrait lui porter préjudice à la longue...

Mais en réalité, il n’est pas seul… Son ombre veille.



Protected by Copyscape Web Plagiarism Check


Dernière édition par Nathaniel Ruthven le Dim 16 Jan - 1:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
 
Nathaniel Ruthven, psychopathe en liberté
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Jean-Claude Duvalier: L’autopsie d’un psychopathe en liberté, par Guerby Dujour.
» Psychopathe en liberté! (PV Shio)
» /!\ ALERTE /!\ Psychopathe en liberté
» Fort-Liberté, une potentialité touristique
» Aimé Césaire, la liberté pour horizon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kuroshitsuji - Black Butler RPG :: Présentations :: Présentations :: Fiches Validées :: Civils-
Sauter vers: