AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Death Will Knock Twice Before Coming In... [PV with Scott Evans]

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Death Will Knock Twice Before Coming In... [PV with Scott Evans]   Sam 19 Fév - 21:21



Death Will Knock


Twice Before


Coming In




La journée s’annonçait vraiment morose. Le temps ne faisait pour ainsi dire pas partie des meilleurs jours qu'avait connu Londres. D’épais nuages tapissaient le ciel, empêchant tout rayon de soleil d’égayer les rues de la grande cité. La pluie qui était tombée toute la nuit avait miraculeusement cessé, laissant place à de larges flaques d’eau parsemées de ci de là. Mais avec ces nuages encore plus sombres qui s’approchaient à vue d’œil, il ne faisait aucun doute que l’après-midi serait marqué par une nouvelle tombée des eaux.

Nathaniel s’était levé de bonne heure le matin même pour faire l’inventaire de sa boutique avant d’ouvrir ses portes. Un travail pour le moins ennuyeux, mais indispensable. L’obscurité due à l’heure précoce et à la forte présence des nuages opaques l’avait forcé à inscrire le compte à la lumière de sa lampe à huile. Un bilan loin d'être aussi agréable à voir que quelques mois auparavant.
En comparaison du succès qui lui avait souri à pleines dents lors de son installation à la capitale, les affaires n’allaient pas fort ces derniers temps, avec cette fulgurante épidémie qui sévissait dans la région. Les gens avaient peur de sortir car il y avait toujours un risque pour qu’ils attrapent la maladie, surtout que son mode de transmission restait un mystère total. La peur… Cette émotion qui apparaissait sur le visage des gens étaient bien loin de lui déplaire. Mais il préférait de loin quand il en était lui-même à l’origine, lui qui prenait un malin plaisir à terrifier ses proies avant de les achever.
Mais dans ce genre de situation où des épidémies décourageaient les habitants à sortir de chez eux, non seulement sa clientèle diminuait fortement, mais en plus, quand ses envies de meurtres reprenaient, il ne trouvait généralement personne d’intéressant pour se défouler et devait se contenter de simples mendiants ou de personnes vraiment peu ragoûtantes. Avec ce type d’individus, il ne pouvait décidément pas s’amuser… ni se défouler complètement.

Le jeune homme poussa un profond soupire avant de refermer son livre de comptes. Il avait enfin fini son petit bilan des ventes de la semaine précédente. D’un autre côté, il n’y avait pas vraiment matière à passer beaucoup de temps dessus. Il s’avança alors en direction de la porte d’entrée de sa boutique de tailleur et retourna l’écriteau, permettant aux passants d’apercevoir les quatre lettres formant le mot « OPEN ». Puis, il retourna lentement prendre place à son bureau, s’y asseyant avec lassitude. Il n’avait plus qu’à attendre qu’un client daigne se pointer pour passer une quelconque commande et espérait que cette personne arriverait vite, histoire de mettre un peu d’ambiance à sa journée d’ordinaire peu passionnante et si déprimante en une telle saison.

Le jeune tailleur resta assis de longues minutes, tentant de s’occuper avec tout et rien. Quand les journées s’écoulaient ainsi, sans aucun événement transcendant, il n’avait qu’une seule envie. Partir en chasse en plein jour, quitte à être découvert, ou bien se rendre dans les maisons de ces riches bourgeois pour en torturer quelques-uns. C’était un peu stupide, surtout qu’il risquait gros, mais ce serait toujours mieux que de s’ennuyer ferme dans une boutique complètement vide pendant la journée tout entière.
Inconsciemment, il porta la main à sa veste et sentit le léger relief formé par son arme insolite. Ce contact familier l’apaisa légèrement, lui arrachant un sourire mauvais. Si quelqu’un était entré dans sa boutique à ce moment précis, il aurait probablement été surpris, surtout s’il y venait régulièrement. Il faut dire que son comportement s’éloignait de ce qu’il laissait paraître d’ordinaire en présence de ses clients.
Bien décidé à ne pas céder immédiatement à ses pulsions meurtrières, Nathaniel secoua la tête et laissa tomber ce sourire inquiétant, avant de réfléchir à une occupation quelconque. Il ne trouva finalement rien de mieux que de prendre un de ces livres qu’il avait déjà lus de nombreuses fois et de l’ouvrir à une page choisie au hasard. De toute façon, peu lui importait de commencer au début ou à la fin, puisqu’il connaissait déjà toute l’histoire…

Mais au moment où le jeune homme allait s'engager dans son arrière boutique, la douce clochette de la porte d’entrée se mit à tinter, annonçant l’arrivée d’un client opportun. Il se figea, affichant un sourire satisfait. Finalement, il n’aurait pas eu à attendre longtemps avant d’avoir de la visite, ce qui avait pour don de le soulager. Il n’aimait pas vraiment patienter inutilement…
Son attitude changea alors du tout au tout. Il se tourna vers le nouveau venu, affichant désormais un agréable sourire commercial, et se contenta de lui dire :


« Bienvenue ! En quoi puis-je vous être utile ? »
Il marqua une pause, observant l’individu en silence, et son sourire s’élargit alors qu’il attendait sa réponse…


Dernière édition par Nathaniel Ruthven le Sam 19 Mar - 0:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Scott Evans
† Come back to me when you're dead †
avatar

Date d'inscription : 23/05/2010
Nombre de messages : 419
Localisation : Au plus près des morts...

Feuille de personnage
Age [RP]: 26 ans
Fonction/Rôle: Médecin Légiste

MessageSujet: Re: Death Will Knock Twice Before Coming In... [PV with Scott Evans]   Mer 23 Fév - 0:09

La fenêtre de l'appartement dévoilait l'extérieur, indiquant que de fortes pluies allaient probablement survenir d'ici quelques heures... Rien de bien agréable en soi...
Et dire que ça devait être une agréable journée, là encore, on pouvait se rendre compte du manque de précisions météorologiques qu'ils osaient mettre dans leurs journaux. Rubrique plus qu'inutile, cela ne faisait aucun doute!

Scott soupira tout en continuant son observation du paysage. C'était sa journée de congé et tout semblait s'être ligué contre lui...
En plus de constater que le temps était particulièrement nuageux et menaçant, il comprit qu'il ne pouvait s'accorder la longue promenade qu'il avait pourtant prévu depuis un petit moment déjà. Prendre l'air devenait de plus en plus capital pour lui.
A cause de cette foutue épidémie et tous les cadavres qui s'amassaient dans sa morgue... Impossible de respirer tranquillement. Une journée en campagne... Oui il avait eu l'audace d'en rêver... Mais ces maudits nuages...

De plus, il avait eu le malheur de découvrir que sa belle redingote avait subit une vilaine déchirure au niveau de la manche droite. Quand s'était-il fait cela? Impossible à dire, toujours était-il qu'il lui fallait une nouvelle tenue. Évidemment, il aurait simplement pu la recoudre lui-même. A rafistoler des macchabées à longueur de journée, un bout de tissu ne serait pas des plus compliqués à faire...
Mais il devait se rendre à l'évidence: son ensemble préféré souffrait du temps qui passait et des facéties de son propriétaire, voulant toujours vadrouiller dans le parc lorsqu'il avait du temps devant lui...

Il savait à présent ce qu'il devait faire... Jetant un coup d'œil vers sa montre à gousset, il constata qu'à cette heure là, les magasins venaient très probablement de s'ouvrir... En tout cas, il ne doutait pas un instant que celui qu'il voulait voir l'était.
Prenant sa longue veste sombre, il se dirigea vers l'entrée de son appartement, ramassant son chapeau haut de forme pour parfaire sa tenue de gentilhomme en extérieur. Depuis qu'il était devenu légiste, il avait dut modifier son style vestimentaire, sans quoi il se serait prit de fâcheuses réprimandes de la part de ses supérieurs.
Vérifiant d'un dernier regard que tout était en ordre chez lui, il sortit et referma la porte, avant de partir dans Londres, à la recherche de son couturier.

Bon, bien évidemment, celui-ci ne pouvait être nul part ailleurs que dans sa boutique! Mais encore fallait-il arriver jusque là.
Scott s'alluma un cigarette et entreprit son périple à travers les flaques d'eau gigantesques et les piétons pressés, jusqu'à destination.
Comme d'habitude, la populace avait le don de l'irriter, encore plus quand ils étaient prêt à vous foncer dedans pour avoir un petit bout de trottoir non immergé. Heureusement, l'homme avait apprit le self contrôle en toutes circonstances, et cela, même si la situation prêtait à la crise de nerfs.
Pourtant il n'en faisait rien, tenant le coup... Était-ce à cause de son habitude à côtoyer des cadavres à longueur de journée? Ou peut-être bien grâce à autre chose...

Laissant passer une carriole, il s'empressa de traverser la rue pour rejoindre l'autre côté, la boutique se trouvant juste à quelques pas de là. Tant mieux, il venait juste de finir sa cigarette... La jetant nonchalamment par terre, il se dirigea vers la porte où un petit panneau avec écrit OPEN, pendouillait. Sans la moindre hésitation et le visage fermé, il y entra.

Il faisait encore plus sombre à l'intérieur, à croire que le temps voulait leur faire penser que la nuit ne partirait jamais... Scott mit quelques instants pour s'habituer, puis posa son regard sur le vendeur. Apparemment, il allait s'éclipser dans l'arrière boutique au moment où il était arrivé
.

« Quel temps maussade... Il fait meilleur à l'intérieur... »

Il retira son haut de forme et s'avança dans la pièce, jetant un regard discret autour de lui. Comme il s'était douté, il n'y avait encore personne, la boutique étant complétement déserte... Parfait.
Un large sourire se dessina alors sur les lèvres de l'homme, lui donnant un air... quelque peu dément. Alors que ses pupilles ambrées se posaient sur le tailleur, il pencha légèrement la tête sur le côté
.

« Bonjour, Nathaniel... »

Puis, sur un air plus posé, il s'avança vers lui, détachant sa longue veste d'extérieur d'un geste négligent, semblant se soucier peu de ce qu'il faisait.

« Je crois bien que j'ai besoin d'une nouvelle garde de robe, tu penses pouvoir faire cela, Messire aux doigts de fée? »

Il fit un sourire plus sobre, calmant peu à peu l'adrénaline qui l'avait envahit l'espace d'un instant. Décidément, traverser la ville alors qu'on ne supportait pas la foule, c'était assez dangereux pour son bien être mental. Heureusement qu'il n'avait pas croisé de bourgeois... De toutes façon, ils ne se déplaçaient jamais à pieds, il ne fallait pas trop leur en demander à ces pauvres gens...
Sur un air plus détendu, il laissa vagabonder son regard sur les différents détails de la boutique, trouvant le décors plutôt simple et sans prise de tête, le strict minimum, ce qu'il appréciait grandement
.

« C'est amusant de voir comme il y a encore de l'animation à l'extérieur malgré cette épidémie... Tant de morts. Le plus drôle reste dans le fait qu'à cause de cette maladie morbide, on en oublie les autres causes de décès... Accidents, vieillesse... Assassinats même. Où va le monde? »

Lentement, son sourire s'élargit à nouveau, cette idée semblant l'amuser. Oui, il suffisait juste qu'un élément nouveau et étrange se manifeste pour qu'aussitôt, on en oublie tout le reste. A croire que plus rien n'existait à part cette épidémie...
Scott reposa son regard sur le tailleur et le dévisagea, cette fois-ci en silence. Cela faisait un petit moment qu'il n'était pas venu ici pour se faire faire de nouveaux vêtements, il se demandait bien ce qui avait pu se passer entre temps dans le petit monde des commerçants... ou autres.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Death Will Knock Twice Before Coming In... [PV with Scott Evans]   Sam 4 Juin - 21:51

En allant vers son arrière boutique ce jour-là, le tailleur pensait qu’il n’aurait pas de client avant un bon moment. Après tout, il n’y avait rien de bien étonnant à cela : le temps n’était pas des plus encourageants pour prendre la décision de sortir de son logis. Et si un habitant de la ville parvenait à se convaincre de quitter la chaleur intérieure de son petit cocon pour se risquer à s’en aller dehors, alors que la pluie menaçait de tomber d’un moment à l’autre, ce n’était certainement pas pour aller faire des emplettes ou passer une quelconque commande. Après tout, l’urgence n’existant pas dans ce genre d’action, il pouvait très bien la repousser à un autre jour… Toujours était-il que la probabilité pour qu’une personne s’égare dans sa petite boutique en une telle journée était bien faible.
Et pourtant, les choses avaient décidé de se produire d’une toute autre façon. Tandis que la distance diminuait entre lui-même et la porte donnant sur son arrière boutique, le son familier d’une cloche parvint aux oreilles de Nathaniel. Ce doux tintement lui dicta de se retourner pour accueillir, en bon professionnel qu’il était, son client fraîchement débarqué. Ignorant encore tout de l’identité de son interlocuteur, il se contenta de faire son petit discours habituel, accompagné du même sourire que d’ordinaire. Un geste qu’il répétait chaque fois qu’un client se pointait et qu’il effectuait désormais presque par automatisme.
Ce n’est qu’un peu plus tard qu’il s’autorisa à lever les yeux vers l’homme et se mit à le détailler. Mais il n’eut pas à le faire très longtemps. Ce regard ambré, ce teint mat, ces cheveux noirs ondulés… Tant de détails qu’il avait vu à de nombreuses reprises. Il ne s’agissait pas de n’importe qui, bien au contraire. L’un de ses plus grands habitués venait d’entrer dans son humble boutique.
Une telle découverte lui arracha un large sourire.

En y repensant, cela faisait un bon moment que ce légiste n’était pas venu le trouver à son commerce. Quelle était donc la raison de sa présence en un tel lieu ? Après tout, il devait être sacrément occupé, ces derniers temps, avec cette mystérieuse épidémie qui ne cessait d’accroître le nombre de ses victimes. Peut-être avait-il besoin d’un nouveau costume ou d’un autre vêtement. A moins qu’il ne s’agisse d’autre chose…
N’attendant pas plus longtemps, il répondit à son client, n’en perdant pas moins son sourire.


« Bonjour, Scott. Ça fait un bout de temps que je ne t’ai pas vu, par ici… Que me vaut l’honneur de ta visite ? »
L’homme n’attendit pas longtemps pour mettre fin à ses interrogations. Tout en s’approchant du tailleur et en ôtant sa veste sombre, il formula une réponse concise, l’accompagnant de quelques mots qui agrandirent subrepticement le sourire du meurtrier.

Redevenant un peu plus sérieux, Nathaniel se chargea de répondre par l’affirmative à la question de son interlocuteur. Bien sûr qu’il était en mesure de lui refaire sa garde robe. N’était-ce pas justement le but de son métier ? Le connaissant, il était en plus évidant que Scott savait parfaitement ce qu’il voulait. Ainsi, en comparaison de tous ces indécis qui venaient le voir parfois et changeaient sans cesse d’avis, ce serait un véritable jeu d’enfant de répondre à ses attentes. Comme toujours, d’ailleurs.

La dernière réplique du légiste arracha un sourire mauvais au tailleur, sourire qu’il tenta de camoufler un tant soit peu pour éviter que n’importe qui ne puisse entrevoir sa cruauté. Ah ! Si les habitants de Londres savaient à quel point le légiste avait raison ! S’ils se doutaient une seule seconde des autres dangers qui sévissaient dans la capitale ! Ils feraient alors tout pour compliquer les actions des assassins dans son genre. Mais il fallait bien avouer que, des meurtres, qu’il en soit à l’origine ou non, il y en avait bien souvent dans la cité. C’était quelque chose de bien plus ordinaire, de mourir tué par un psychopathe ambulant, que d’attraper cette maladie qui semblait ne rien avoir de semblable avec les autres et frapper sans la moindre logique. Mais cette menace, bien qu’infime en comparaison de la nouvelle et inédite épidémie, restait bel et bien présente, et c’était de la négligence que de ne pas s’en préoccuper comme on le devrait… Tant mieux pour le jeune homme ! Il pouvait ainsi passer d’autant plus inaperçu en continuant à commettre ses meurtres dans l’anonymat le plus total. Et il s’en donnait à cœur joie.

Revenant à la réalité, Nathaniel décida de se pencher plus particulièrement sur la raison de la venue de son client, à savoir la commande qu’il souhaitait passer. Un sujet nettement plus sérieux qui lui changerait les idées et l’empêcherait de sourire comme précédemment. Après tout, imaginons qu’un autre client débarque au même moment. Ce serait mauvais pour les affaires s’il le voyait afficher un tel air de psychopathe.


« Bien, passons aux choses sérieuses. De quoi as-tu besoin, au juste ? D’un nouveau costume, je suppose. Je peux t’en faire un du même genre que le précédent… Ou bien en concevoir un légèrement plus original, en modifiant par exemple le col ou la forme, tout en restant sobre. A toi de me dire ! »
Sur ces mots, il agita nonchalamment la main à l’intention de Scott, lui indiquant ainsi de le suivre alors qu’il prenait lui-même la direction des étalages de tissu. Il lui laissa le loisir de répondre à sa question tout en marchant, tendant une oreille attentive à chaque mot qui franchissait ses lèvres.
Puis il se chargea de lui présenter chacune des étoffes sombres convenant au costume souhaité par son client, le laissant les toucher pour comparer leurs textures et ainsi choisir celle qu’il trouverait être la plus agréable et la plus confortable à porter.




[Ayé, j'ai enfin réussi à répondre \o/ Bon, je m'excuse vraiment pour le retard, j’ai pas du tout assuré… Mais voilà -u-]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Death Will Knock Twice Before Coming In... [PV with Scott Evans]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Death Will Knock Twice Before Coming In... [PV with Scott Evans]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Commande Death at Koten
» Cities of Death
» Obama;Change is coming to america
» Mes Death Skullz
» KNOCK ON YOUR DOOR ♣

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kuroshitsuji - Black Butler RPG :: The City :: Centre-Ville :: Ruthven's Tailor Shop-
Sauter vers: